WITH ASTONISHMENT…

Une pièce recréée par Robyn Orlin pour six danseurs blésois

Les six jeunes artistes ont vécu une aventure unique lors des premières représentations dans le cadre du festival Rêves Urbains en mai 2014.
La pièce ayant connu un franc succès, la scène nationale s’est fait un plaisir de la reprogrammer les 24 et 25 janvier 2015 dans le cadre de Temps Divers et le 29 janvier dans le cadre de la Halle aux jeunes.
Un beau moment de partage avec le public !

DogPiece-day11-pashrash-10

Robyn Orlin, l’enfant terrible de la danse performative sud-africaine qui adore détourner les codes chorégraphiques, offre une variation canine pleine de dérision. On y retrouve sa marque de fabrique : présence des sept interprètes dans la salle, happening, humour et théâtralisation. Une chorégraphie sous forme de savoureux battles, où la relation au chien traduit, en creux, les rapports de force et de domination des communautés humaines.

En effet, la pièce prend pour motif central un animal, le chien, et s’intéresse à la manière dont il sert souvent de miroir à l’homme. L’animal est tantôt perçu comme un symbole d’humanité par ses nobles qualités, tantôt comme son exact contraire – emblème de violence, de pauvreté ou de servilité. Cette ambivalence sert de point de départ à la pièce, et il n’est pas étonnant que le hip-hop s’y accorde si bien, tant cette culture populaire a longtemps été souterraine et minorée, aux prises aujourd’hui avec une reconnaissance croissante. Les relations entre animaux fonctionnent aussi comme une métaphore des rapports humains de compétition et de domination, qui font écho à la pratique des battles dans la culture hip-hop.

Ces dynamiques nourrissent le travail des danseurs, sur un mode souvent ironique, mais jamais dénué de gravité. Robyn Orlin manie ces effets de sens avec légèreté, et joue avec les codes et les symboles avec une apparente dérision, qui dévoile progressivement la complexité, et parfois la cruauté, des situations. La scénographie intègre des accessoires prosaïques, souvent « pauvres » – textiles flashy, sacs en papier kraft, jouets made in China – pour explorer ces rapports de force avec une feinte trivialité.

Authentiques, généreux et sincères, chacun de ces jeunes artistes amateurs donnent une nouvelle interprétation à cette pièce qui est une réelle performance de danseurs, d’acteurs et de chanteurs. J’ai tout fait pour qu’ils entrent dans leur rôle, comme je le fais avec des danseurs professionnels. Ils avaient envie d’aller plus loin grâce à cette expérience et mon exigence a été la même. Nous avons travaillé, adapté, creusé, échangé, appris des uns et des autres pour tous nous retrouver autour de cet amour du spectacle.
Corinne Barbara

Avec les danseurs blésois Elias Ardoin, Lou Boidin, Justin Chenoun, Sauveur Massamba, Yannick Mavoungou, Alice Rogier

Assistante de la chorégraphe et transmission Corinne Barbara / Musique originale Antoine Hervé et Véronique Wilmart / Vidéo Philippe Lainé / Costumes originaux Olivier Bériot et Gwen Van Den Eijnde / Reprise costumes (Halle aux grains) Hélène Heyberger / Lumières originales Cécile Giovansili / Régie lumière Christophe Naudin / Régie son Jennifer Condaminet / Régie plateau Azad Pétré